Random Kindness – Semaine 8

#50: Offrir son aide à un ami. Les mauvaises nouvelles sont chiantes, et certaines pèsent plus que d’autres. J’ai compris qu’une amie et collègue avait reçu une mauvaise nouvelle et je lui ai proposé de la décharger de ses tâches de la semaine, dans le cadre d’un projet que nous menons ensemble. Elle a accepté. Je l’ai fait.

#51: Organiser un jeu du compliment. Le livre conseille d’inviter des amis, de faire du thé et de jouer à ce jeu (oui, je vais l’expliquer). Mais ils sont anglais. Alors moi je l’ai organisé, mais lors d’un entraînement d’impro avec une équipe junior. Je leur ai demandé d’écrire anonymement un compliment pour quelqu’un de l’équipe, sans la nommer, sur une carte. À la fin de l’entraînement, j’ai lu tous les compliments à la suite, et j’ai terminé en disant « voilà, vous savez maintenant quel concentré de belles choses il y a dans votre équipe ».

#52: Partager son dîner. Je testais une recette, ça m’arrive deux fois par an. Et pendant que je cuisinais, j’ai reçu un sms d’une copine qui me proposait d’aller bosser dans un café l’après-midi. C’était une belle occasion de lui proposer de venir partager mon nouveau repas. Elle a accepté l’invitation surprise et elle a semblé apprécié mon premier essai de pesto à l’avocat.

#53: Offrir ses talents. Je m’apprête à vivre en grande partie de l’impro dès septembre 2016. J’ai donc décidé depuis un an de devenir rigoureuse en matière de contrats que j’accepte ou non. De ne plus faire d’impro gratuitement puisque c’est mon job. Mais là, c’est un improvisateur que j’aime beaucoup et avec qui j’ai rarement l’occasion de travailler. Son idée de spectacle était top. La salle intimiste. Et les autres comédiens super. Mais pas de rémunération prévue. Peu importe, j’ai accepté. Avant même de me lancer dans cette expérience de la gentillesse. Mais pour le coup, jeudi soir je mettais mes compétences d’improvisatrice à disposition de cet événement, gratuitement.

#54:Mettre un mot dans une bibliothèque. Je me suis rendue à la Bibliothèque universitaire de la Riponne et j’ai visé les rayons nouveautés. Un bouquin a attiré mon attention, sur les mochi, un dessert japonais que j’ai découvert il y a deux mois. J’y ai donc laissé un mot sympa, que je ne dévoilerai pas ici, afin de le réserver entièrement au prochain lecteur de son ouvrage. Cadeau.

#55: Faire un câlin. C’était les trente ans d’un pote à la montagne. Il est musicien et du coup pas mal de gens lui ont offert un moment de musique et de chanson. C’était super. Une de ces chansons m’a particulièrement touchée. Je me suis pas ruée sur l’auteur pour le féliciter et lui dire que c’était super. J’ai attendu un moment et j’ai opté pour un câlin.

#56: Embrasser une tâche ménagère. Vient de « to embrace a chore ». J’ai pas trouvé mieux « qu’embrasser ». Il y avait deux tonnes de tâches ménagères à faire le lendemain de cet anniversaire dans ce chalet. Plutôt que de me dire que j’avais envie de m’étendre à même le lino et de dormir encore un peu et bien j’ai participé au brainstorming des responsables de l’organisation de la fête et j’ai motivé les troupes à la fin du petit déj pour les répartir en groupe et être le plus efficace possible. Parce que des rangements efficaces un lendemain de fête, peuvent souvent finir par être une source de plaisir (tu l’as vu venir le slogan?). J’ai kiffé ranger et nettoyer les salles de bain et les toilettes. Si si.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s