Bio

Le 2 mai 1988, je nais à Madrid. Deux ans plus tard, ma mère suisse et mon père d’origine espagnol, tous deux élevés en Suisse, décident de rentrer. Je grandis donc en Suisse, à Lausanne.

REGIS COLOMBO/diapo.ch

Je fais quelques cours de théâtre pendant mon enfance, mais qui ne parviendront pas à me passionner très longtemps. Je mise plutôt sur le sport, je fais du karaté, de la natation et de la danse. Jamais très longtemps, jamais avec une véritable passion.

En 2000, je découvre l’improvisation théâtrale. Un cours à option au sein de mon collège m’offre la possibilité de m’initier à cette discipline et de jouer des matchs. L’équipe devient rapidement un groupe d’amis, l’entraîneur un mentor et l’impro ma passion.

11027980_391184111059354_9186054710705038933_o.jpg

Depuis, il s’en est passé des choses…après 10 ans de matchs, je découvre le spectacle improvisé. Je commence par le Harold en 2010. Puis la Comédie musicale improvisée en 2011. À partir de là, je m’engage dans plusieurs troupes qui proposent des spectacles instantanés très différents (L’effet papillon, Solo, Casting, Dimanche, Impro d’âne).

En 2011, j’organise la première édition du festival d’improvisation au Théâtre de la Grange de Dorigny. Trois jours de spectacles et deux stages (débutants et avancés). D’année en année, les spectateurs sont de plus en plus nombreux et les spectacles de plus en plus fous. On remet ça chaque année. Faut venir.

Dès 2013, je commence à être payée pour improviser. Je signe alors dans deux compagnies, qui m’engagent régulièrement: Rêves en stock (Chardonne) et lesArts (Genève). Parallèlement, je crée la Compagnie du Babo avec Blaise Bersinger, Adrien Mani et Bertand Nicollier et le spectacle « Droit d’auteur » avec ces trois improvisateurs, qui se jouera au Théâtre de la Grange de Dorigny et au Royal de Tavannes.

DSC_0589

Aujourd’hui, je fais partie de deux compagnies professionnelles: Lausanne Impro, qui joue « Casting » au Théâtre 2.21 et La Comédie Musicale Improvisée, qui se produit un peu partout en Suisse romande. Je fais également partie des Furieuses, mise en scène par Alain Borek.

11218548_517831475038526_8887532312946391058_o

Je suis également invitée régulièrement à l’étranger. Le Spontanéous de Lyon, Les Européennes de Bruxelles, Le Mondial du Havre, L’inauguration de l’Improvidence, Le Festival Impulsez de la Bulle Carrée à Toulouse, la Coupe du monde professionnelle d’improvisation à Lille et à Paris, Le Festival d’improvisation de Casablanca organisé par la compagnie S’toon Zoo, L’Open de la LUI de Québec, Le WISE2017, Improvember de Münich, le Spunk de Zürich, Improfest en Suède, la Nuit de l’Impro de la Réunion ou encore la semaine de la Francophonie à Londres. Ces invitations me font vibrer. Partir avec des improvisateurs suisses ou partir seule et intégrer une troupe éphémère composée de comédiens de différents pays me paraît complètement fou à chaque fois. Je ne connais pas le lieu, la salle, le public, voire je ne connais pas les gens avec qui je vais partager la scène…et pourtant j’embarque. Parce qu’on va se connecter à l’inconnu. On va improviser tous ensemble. Et à partir de là, tout ira bien.

Pour la première fois en avril 2015, je participe à un festival d’improvisation en anglais. À Copenhague, organisé par la compagnie Imprologen. J’y pensais depuis longtemps, sans oser embarquer. Je suis un stage donnée par l’école iO de Chicago et je joue un duo avec Yvan Richardet appelé « Two Chairs ». Une semaine et une soirée aussi magique l’une que l’autre. Depuis cette expérience, je multiplie les participations à ce genre de festivals (Strasbourg, Würzburg, Barcelone, Münich, Gotenborg) et j’ai suivi la Summer Intensive de iO en été 2016.

Niveau duo, j’ai l’honneur de partager la scène avec plusieurs partenaires: « Séance d’écriture » en compagnie de Christian Baumann, « Les Exs » avec Nicolas Moitron, « Nouveau spectacle » avec Alain Borek et « Two stranded welsches » avec Flavien Reppert.

poster_2     ExsSéance-décriture-01

 

L’impro est centrale dans ma vie. Elle me permet de rencontrer des gens formidablement talentueux, d’enseigner dans des contextes très différents et de me former auprès de comédiens d’horizons divers. Elle est devenue l’une de mes valeurs principales, je ne sais plus comment fonctionner sans elle, si je ne la pratique pas pendant une semaine, je sens qu’il me manque quelque chose.

 

Tout est là, tout va bien, tout est possible.